USA 2004 - On the road again ... Louisiana ...

Accueil
La construction
Les voyages
Voyage
USA 2004
Adresses utiles
Annonces
vente, achat
Nous contacter
Sites amis
et liens
Sud Dakota
Wisconsin
Conclusion
 

Nous avons rapidement traversé l'état du Mississipi pour rejoindre la Louisiane et la ville de la Nouvelle Orléans. Cet ancien territoire a longtemps appartenu à la France avant que Napoléon 1er ne le vende pour presque rien aux Etats Unis, dommage car c'est une région riche en ressources naturelles (pétrole) et la nature y est superbe.

Nous arrivons à la Nouvelle Orléans après avoir emprunté la route construite sur pilotis qui traverse les marais entourant la ville. Cette route fait plusieurs dizaines kilomètres de long et on imagine les travaux gigantesques que sa construction a dû générer.
Le Mississippi est le plus grand fleuve d'Amérique du Nord et son delta est immense. Nous le traversons avant d'arriver au camping.
Une route un peu spéciale puisqu'en bas les voitures circulent sur deux voies d'un côté et deux voies de l'autre avec au milieu une superstructure supportant une voie ferrée qu'empruntent les trains. A ce sujet, les trains aux USA servent surtout au transport de marchandises (les gens prennent plutôt l'avion pour faire les grands trajets) et se composent souvent de plus de cent wagons (je répète 100 !!!) tirés par 4 ou 5 locomotives. La patience est donc de rigueur quand les passages à niveau se ferment !!!

Après avoir confortablement installé notre caravane au camping, nous prenons le ferry pour traverser le Mississippi avec notre truck ; cela nous coùte 1 dollar, un budget raisonnable pour un tour en bateau !

Le courant sur ce fleuve immense est impressionnant et nous préférons être sur le ferry qu'avec notre Barbachante !

De l'autre côté nous arrivons dans le centre de la Nouvelle Orléans avec son célèbre quartier français, "French Quarter" .

Cliquez sur les images ci dessus pour les agrandir.

Vous aurez un aperçu de l'architecture du vieux quartier de la Nouvelle Orléans. Nous y étions en début d'après midi et la circulation y est tranquille. Par contre on pouvait déjà entendre la musique omniprésente dans ce quartier, à un niveau sonore impressionnant : jazz, rock, country, il y en a pour tous les goùts ! Certaines rues rappellent le centre de Fort de France en Martinique, d'autre sont plus chaudes et feraient plutôt penser à Pigalle.

Le lendemain matin, sous un grand soleil, nous décidons de faire un tour en bateau pour visiter les bayous qui sont en fait les marais entourant la ville.

Notre première rencontre se fait avec trois tortues d'eau qui prennent le soleil sur un tronc. Daniel voulait sauter à l'eau et les photographier de près pour pouvoir ensuite les sculpter mais nous l'avons retenu car il y a d'autres habitants plus sérieux dans le Bayou...

La végétation est très typique dans ces bayous avec des cyprès (d'une espèce particulière) qui enfoncent leurs racines dans l'eau et donnent un aspect très spécial à l'environnement.

Les cyprès sont couverts d'une sorte de crin végétal qui leur donne cet aspect fantomatique.

Il n'y a pas si longtemps les cajuns (habitants des bayous) s'en servaient pour confectionner des matelas. Rien ne se perd dans la nature !

Voilà un des habitants sérieux dont je parlais plus haut : l'alligator. Celui ci se dore au soleil et le pilote du bateau m'a expliqué qu'en fait aucune agression n'a jamais été répertoriée en Louisiane contrairement à la Floride où il arrive fréquemment que des alligators attaquent des enfants ou des chiens

Autre habitant des bayous, le racoon, autrement dit le raton laveur. Celui ci est presque apprivoisé car à chacun de ses passages, le pilote de notre bateau lui lance des friandises (des marshmallows !) ce qui nous a permis (en vrais touristes que nous sommes !) de le photographier.
Les alligators apprécient également les marshmallows que leur lance notre pilote. A ma question, celui ci m'a dit que leurs dents ne craignaient rien (à cause du sucre !) car ils ont plusieurs rangées de dents qui sortent tout au long de leur vie.
Plusieurs alligators sont à la chasse aux marshmallows ! Par contre le pilote m'a confirmé que s'il était venu avec son bateau personnel et son fusil (il les chasse de temps en temps) les alligators ne se seraient pas approchés de lui : ils reconnaissent les bateaux de touristes qui ne présentent aucun danger pour eux de se retrouver en sac à main !
Après La Nouvelle Orléans nous sommes partis vers la ville de Lafayette, qui est quasiment la capitale des Cajuns. Nous avons fait halte dans un camping où un drôle de cochon pas farouche du tout se baladait en liberté. Les enfants du coin jouaient avec et il se laissait caresser sans problème.
Le lendemain nous sommes allés en ville où se déroulait le festival international de Louisiane, qui est censé être une grande fête francophone. Nous nous attendions à entendre parler le vieux français mais apparemment les Cajuns ont oublié notre belle langue et ne connaissent plus que celle de Shakespeare. Les seuls à parler Français venaient du Canada comme ce groupe musical du Quebec ou ces Acadiens qui venaient de Nouvelle Ecosse et qui eux s'attachent farouchement à leur racine.

Nous avons ensuite fait une dernière halte à Lake Charles en Louisiane, dans un camping où les écureuils était très joueurs et faciles à approcher.

Nous sommes ensuite passés au Texas avec une première halte sur la cote du Golfe du Mexique à Corpus Christi pour voir si la mer était toujours bleue et maintenant nous continuons vers l'Ouest ...

Ciquez pour voir la suite